Objectif Conseils - Expert en gestion de patrimoine

Sans la liberté du conseil, il n'est point de patrimoine adapté

 

Combien ?

Edito - 8 février 2018

Et si nous étions tous devenus fous, professionnels et particuliers, pris dans un maelstrom ou le fait d’émettre par  médias interposés (Internet, journaux spécialisés, presse grand public) suffisait à tout justifier à tout expliquer.

 

L’actuel cycle immobilier, à peine freiné par la crise de 2008, et initié il y a 18 ans, a trouvé sa justification dans l’historique baisse de taux. Il s’est prolongé par la panique psychologique du « toit » à tout prix dans un monde sans retraite, sans emploi et sans  maintien du pouvoir d’achat ou des pouvoirs d’achat. Ce cycle est très long.

 

Le cycle boursier, certes plus heurté, et aujourd’hui aux mains des robots et des banques centrales, a pris lui son envol il y a plus de 35 ans… jusqu’où ?

 

Vous trouverez nombre d’économistes de renom pour justifier de tels cycles ou au contraire pour vous mettre en garde contre leur anormalité et donc leurs dangers.

 

Leurs avis sont généraux et, quoiqu’intellectuellement intéressants, ne pourront vous aider dans vos décisions patrimoniales immobilières ou financières pas plus que les avis certes éclairés de votre voisin ou de vos amis.

 

A l’heure d’une décision vous devrez toujours, en priorité, répondre seuls à la question : combien ?

 

De combien ai-je besoin pour financer mon mode de vie aujourd’hui où je suis en âge d’être actif ou demain en situation de retraite ?

De combien ai-je besoin pour financer les études de mes enfants, ma santé, mon risque d’éventuelle dépendance, ma retraite et tant d’autres questions qui ont toujours un point commun : la prévision budgétaire.

 

Chaque personne ou groupe familial est unique et les réponses seront donc personnelles et les choix différents mais l’exercice sera le même : mesurer.

 

Cette question du combien sur le montant des dépenses et de leur financement rejoint une autre question du combien : celle de la valorisation des biens que vous possédez ou que vous envisagez de posséder à l’avenir et dont le rôle sera justement de participer à ce financement.

Sont-ils à leur juste valeur et dans la négative, quels risques représentent-ils pour la préservation de votre patrimoine ?

 

Dans un monde à taux zéro et où « le placement sans risque » ne rapporte presque plus rien, et sans doute pour longtemps, il n’est pas inutile de se poser toutes ces questions pour faire les bons choix et éviter de commettre des erreurs stratégiques qu’il sera plus difficile d’atténuer que dans un passé récent.

 

Notre métier : tenter humblement d’aider nos clients dans cette analyse du combien sans oublier, après plus de 30 années de pratique, de répondre également à la question du comment.

 

Jacques Riché 

le 8 février 2018

Name:
Email:
Subject:
Message:
x

 

RSS
12